Citadelle Gin

Empereur d’Autriche

Empereur ou voleur?
Joseph II d’Autriche
visite la distillerie en 1780

emperor

La contrebande, l’espionnage et le vol commençaient à devenir habituels dans les caves de Citadelle du fort de Dunkerque. Lorsque les Anglais ne pratiquaient pas la contrebande de gin Citadelle en haute mer, les chefs d’état venaient à la distillerie sous prétexte de visiter la belle cité portuaire. Heureusement, on savait fort bien que leur véritable mission à Dunkerque n’était autre que l’espionnage.

Les archives révèlent qu’en 1780 Joseph II, empereur d’Autriche (et frère de Marie-Antoinette – le monde était un mouchoir de poche, y compris à l’époque), fut l’un de ces visiteurs. Ayant entendu parler du succès de la distillerie dunkerquoise, il se proposait d’introduire la distillation du genièvre en Autriche. Il se rendit aux caves incognito, ou du moins le croyait-il, pour étudier la distillerie et la fabrication. Carpeu et Stival, les propriétaires de la distillerie, furent alertés de sa visite, et, au lieu de l’éconduire, le prièrent d’entrer avec toutes les marques de respect dues à son rang. Pour commencer, ils l’accompagnèrent dans une visite exclusive de la distillerie.

Au XVIIIe siècle, au moment de la visite de Joseph II, rares étaient ceux qui maîtrisaient la distillation. Carpeau et Stival obtinrent du roi de France l’autorisation d’opérer dans leurs caves et l’exclusivité de leur méthode de distillation du genièvre. Si visiter une distillerie est aujourd’hui monnaie courante dans le monde, en 1780 la visite de Joseph II était de l’espionnage à l’état pur.

Les archives ne disent pas si le monarque fonda une distillerie en Autriche à la suite de sa visite. Après tout, Carpeau et Stival ne lui avaient pas offert un tour complet… aussi ne connut-il jamais la recette en totalité.

Choisissez votre langue

Je certifie avoir l’âge légal que la législation sur l’alcool de mon pays de résidence exige pour visiter ce site.

AccepterAnnuler